Après Peter Zadek en 1988, Stéphane Braunschweig adapte « Lulu », oeuvre de l’écrivain allemand Frank Wedekind. Ecrite  la fin du XIXe siècle, cette pièce  la réputation scandaleuse cristallise toutes les femmes en Lulu, figure du fantasme, de la sexualité et de la maternité.