L’opéra national de Lorraine a présenté une vision de «  Pelléas et Mélisande  » de Claude Debussy particulièrement  vif. La direction musicale pleine de fougue de Claude Schnitzler , incandescent  Strasbourg en mai dernier pour «  Iphigénie en Aulide  » de Glück, a permis des paroxysmes d’émotion tandis que la distribution, d’une belle homogénéité, offrait le grand bonheur de retrouver la basse intense de Nicolas Courjal,  qui l’on doit de beaux moments  Nantes et  Angers.