Publi le 31 mars 2007

Céline Quéro, Julie Parpaillon


Bilan de ce magnifique festival de cinéma espagnol très positif. Après une remise des prix chargée d’émotions, aussi bien des organisateurs que des réalisateurs, la clôture s’est terminée en apothéose avec Ibéria de Carlos Saura.

Aprs avoir vcu presque quinze jours l’heure espagnole, un premier bilan s’impose. C’est avec un petit regret que nous allons dire au revoir aux tapas, la chaleur humaine de nos voisins hispaniques et surtout leur magnifique cration cinmatographique. Mais cette nostalgie se transforme vite en impatience d’tre l’anne prochaine lorsque son organisatrice, Pilar Martinez-Vasseur, nous annonce que la 18e dition est en route. La clture du festival s’est finie en pagaille o les tickets se vendaient prix d’or. La remise des prix s’est faite dans un esprit bon enfant. Jury, ralisateurs et personnalits se sont succd afin de dcerner les trois prix de ce festival riche en dcouvertes. Le public de la soire Erasmus du Court-Mtrage a rcompens Ione Hernndez pour « Jeu ». Le prix Jules Verne, dcern par le Jury, a t attribu Javier Rebollo pour son film « Ce que je sais de Lola ». Une mention spciale a galement t attribue au film de Isaki Lacuesta « La lgende du temps ». Le Jury Jeune, quant lui, a dcern son trophe la comdie « Sors de moi » de Victor Garca Lon. Tout comme le Jury, ces jeunes ont attribu une mention spciale « La lgende du temps » de Isaki Lacuesta. Le public, toujours aussi prsent au festival du cinma espagnol, a vot pour « Salvador » de Manuel Huerga comme tant son film prfr. A l’issue de cette remise des prix, le festival espagnol a eu l’honneur de projeter le dernier film du matre espagnol Carlos Saura, Ibria. Magnifique hommage au flamenco, ce film nous dpeint les diffrentes volutions que cette danse a pu connatre. Passant de tableaux en tableaux, nos yeux et nos oreilles ont le plaisir d’assister une effervescence de castagnettes et de claquettes.

Fragil’ a galement le plaisir de vous proposer le bilan de son festival espagnol :
-  « Salvador » pour « nos plus grosses larmes »
-  « Suspiros del corazon » pour « notre plus gros fou rire »
-  « Ibria » pour « nos plus belles images »
-  « Honor de cavalera » pour notre « plus grosse dception »
-  « Sors de moi » pour « notre plus grande surprise ».

Il ne nous reste plus qu’ nous donner rendez-vous, ici, Nantes, pour la 18e dition de ce festival, que nous esprons aussi riche que celle-ci.

Cline Quro, Julie Parpaillon