Publié le 15 décembre 2003

Pascal Couffin


La MJC (Maison des Jeunes et de la Culture) existe depuis plus de 20 ans àRezé dans le quartier du Château. C’est àla fois un lieu de rencontres et d’échanges en journée grâce au centre socioculturel mais aussi une salle de concert, le soir, où il fait bon écouter de jeunes artistes. Et pourtant la BaraKaSon est en péril !

L’importance d’un tel endroit ne devrait plus être à prouver. Si la mairie de Rezé est reconnaissante du travail effectué, la DRAC (Direction Régionale des Affaires Culturelles) a décidé de plus assurer son soutien financier pour raison de décentralisation. Les relations sont tendues entre les deux structures. La DRAC estime que la BaraKaSon n’a pas de projet artistique et aimerait qu’elle se détache de sa mission socioculturelle.

La BaraKaSon n’est pas la seule structure dans la tourmente. D’autres, en France, connaissent des déboires provoqués par le désengagement financier de l’Etat. Sur l’agglo, c’est tout un tissu social et associatif qui va en pâtir ! Car la BaraKaSon a patiemment construit un réseau. Grâce aux « Cartes Blanches », ce lieu ouvre ses portes aux associations qui se retrouvent autour d’une culture exigeante et de qualité. De nombreuses soirées chaque trimestre, proposent aux spectateurs de multiples découvertes. Tous les deux ans, la MJC organise un fabuleux festival « Terra Incognita ».

Au fil des années, la MJC a aidé et travaillé avec des personnes porteurs de projets et permettre à un quartier en difficulté de « vivre mieux ». Sans les bénévoles qui la soutiennent, une telle aventure ne serait pas permise. Certains viennent donner un coup de main au bar, d’autres à la billetterie. Mais tous se réunissent pour faire bouger les choses, sortir de l’isolement, et assurer à la BaraKaSon une ambiance conviviale.

Parce que la MJC a besoin de notre soutien, venez nombreux, du 15 au 20 décembre, écoutez chaque soir de nombreux artistes. « Pour créer l’électrochoc nécessaire, pour que la culture reste au coeur d’une démarche citoyenne, pour que des lieux comme la BaraKaSon perdurent, la mobilisation est plus que jamais nécessaire »

Programme complet dans la Rubrique « dépêches »