Publiť le 29 octobre 2012

Julien Correc

298 commentaire(s)


Jeudi dernier, c’ťtait General Elektriks ŗ de Saint-Nazaire. De quoi rťchauffer nos petits corps !

Jeudi 26 Octobre, Le VIP // Saint-Nazaire

La premiŤre partie est assurťe par le duo de DJs Super Size Mix qui pose habilement un son funky. Une petite primaire d’accrochage pour la suite de la soirťe laissant le temps ŗ tous les convives de prendre place dans la salle Nazairienne. Le VIP n’est pas plein ŗ craquer mais nombreux se sont dťplacťs pour voir General Elektriks.

A peine terminť l’encas, la foule se rapproche de la scŤne d’un pas assurť. Acclamations ŗ l’arrivťe de Hervť Salters alias RV, leader de General Elektriks. Ce dernier prend place au centre de la scŤne, avec ŗ sa gauche le guitariste Eric Starczan et ŗ droite la basse de Jessie Chaton. La batterie et la MPC sont juste derriŤre et dos ŗ un mur de plaques lumineuses qui s’allumeront au rythme de la musique.

Le groupe commence immťdiatement avec The Spark et tout de suite on remarque une qualitť sonore irrťprochable. C’est presque dommage de devoir porter des bouchons d’oreilles. Take Back The Instant, second morceau du set, confirme que le concert va Ítre excellent. Le public tape des mains et des pieds tandis que RV danse. Cette danse frťnťtique presque nerveuse qui tout en conservant ses mains sur ses superbes claviers vintages nous offre un spectacle ŗ la fois amusant et surprenant.

Chaque musicien se dťfonce sur scŤne pour notre plus grand plaisir. Ne pas avoir les yeux uniquement braquťs sur le frontman, c’est toujours agrťable. General Electiks entame Helicopter et Áa envoie du lourd juste avant de retomber dans la douceur des titres comme Frost on tour sunglasses, The Genius and the Gangster et Pack up your things.

Jessie Chaton, ŗ la basse, offre quand ŗ lui un dťhanchť magistral sur David Lynch Moment qui ne laisse pas le public indiffťrent. Ce grand bonhomme en rouge et noir semble, tout comme RV, Ítre montť sur ressorts. Il s’immobilise ŗ peine lorsqu’il troque sa basse pour un clavier. La bougeotte des artistes se transmet au public. On ne s’arrÍte que lorsque lever son verre devient pťrilleux.

Un excellent concert, rťsultante d’une alchimie parfaite entre jeux de scŤne, son irrťprochable et jeux de lumiŤres parfaitement maitrisťs. Un plaisir pour nos oreilles tout autant que pour nos yeux. Le set se termine avec Tu M’intrigues, grattifiť d’un solo de batterie impressionnant.

Un premier rappel a lieu : Tomorrow Were Leaving suivit de Mirabelle Pockets puis un second avec Holding down the fort et Bloodshot eyes. En tout, 15 morceaux,extraits des trois albums, auront ťtť jouťs avec brio dans une ambiance chaleureuse et festive.

Julien C.