Publiť le 13 mai 2011

Aurélie Ducert

163 commentaire(s)


"Stehtisch" et "Pfand" ? Zoom sur deux curiosit√©s allemandes √ travers le regard amus√© et curieux d’une jeune fran√ßaise, depuis Sarrebruck.

Les "Stehtisch" ou les tables hautes

Que ce soit ŗ l’ťcole ou ici sur le campus, vous remarquerez que les Allemands mangent rťguliŤrement. Pas grand-chose, juste un petit brŲtchen (petit pain) avec du fromage ou de la charcuterie : ils mangent sur le pouce. MÍme si on ne prend pas trop le temps, il n’empÍche qu’une table ne semble pas Ítre de trop. Vous trouverez alors des "Stehtisch", de hautes tables, sans chaises. ņ la sortie d’un cafť, d’une boulangerie, ou encore sur le marchť, il est frťquent de voir les clients y boire leur cafť, manger leur p‚tisserie ou encore une soupe ou une saucisse accompagnťe d’une sauce au Curry, la fameuse "Curry-Wurst". Alors bon appťtit, mais ne traÓnez pas !

Le "Pfand" ou encore la consigne

"Comment Áa ? 3,50 € ? Mais il est marquť que le cafť coŻte 2,50 €, non ? – Oui mais vous avez une consigne – ha… ". Voici la rťflexion que l’on peut avoir si on vient d’arriver en Allemagne. Les FranÁais n’ont effectivement pas, ou plus, l’habitude des consignes, alors qu’elles sont monnaie courante ici. Vous les trouverez avant tout sur les bouteilles en plastique et en verre. Il suffit d’un coup d’œil pour voir si votre bouteille est consignťe ou non, et ce, gr‚ce ŗ un sigle. Ne vous ťtonnez donc pas de voir des personnes faire les poubelles avec des sacs remplis de bouteilles. Et oui, 15 centimes par ci, 25 centimes par lŗ et vous avez de quoi prendre au moins un cafť qui redonnera un peu de baume au cœur.

Autre aspect ťconomique, au-delŗ de l’aspect ťcologique, il permet aux petits cafťs d’ťconomiser sur le personnel en salle et de ne pas avoir de frais en cas de casse. En effet, la vaisselle, les verres peuvent aussi avoir un "Pfand". Le client se sert au comptoir, s’installe et une fois terminť, dťbarrassera lui-mÍme sa table en rapportant son verre pour rťcupťrer sa piŤce d’un euro, si bien sŻr il ne l’a pas cassť en chemin !

Aurťlie Ducert