Publiť le 21 août 2009

Timothée Blit

73 commentaire(s)


Des beats et des lights, des astronautes en transe et du champagne au petit matin. Le festival Astropolis a une fois de plus transformť Brest en carnaval electro. Camťra au poing, l’ťquipe de Fragil s’est frayťe un chemin parmi les clubbers, les fluokids et les ravers pour dťnicher les nouvelles tendances musicales. Nouvelle scŤne bretonne, electro du futur et freaks de la nuit, voici le programme :

Trente ans que Sven Všth observe le mouvement techno derriŤre ses platines. Activiste des scŤnes acid house et trance, l’excentrique allemand est devenu un archťtype de l’electro, le dj star qui ťlectrise les foules. Portrait d’un entrepreneur toujours entre Francfort et Ibiza.

Au cœur de la hype, rťvolutionnť par de nouveaux instruments et l’apport d’autres musiques, l’electro s’est profondťment recyclť. Chaque mois, de nouveaux sous-genres redťfinissent les contours de la musique synthťtique. En voici quelques exemples, avec illustrations live.

Vent contraire sur la Bretagne. Le phťnomŤne des free-party s’essouffle au profit d’une nouvelle scŤne, qui reprend le chemin des clubs et s’oriente vers l’electro. Rencontre avec ces activistes de la nouvelle techno bretonne.

A suivre

Freaks du dancefloor et Dionysos en plastique se sont donnťs rendez-vous devant le son d’Astropolis. Portraits photos de clubbers ťloignťs du genre humain.