Publiť le 1er mars 2009

Eloise Trouvat

192 commentaire(s)


La beaut√© de l’art ne r√©side-t-elle pas dans son utilit√© ? Batlik, auteur, compositeur et interpr√®te, exposait ses doutes quant son utilit√© artistique dans son deuxi√®me album avec un titre, Utilit√©, o√Ļ un musicien “victime du mot et des sens” √©tait craintif face √ l’utilit√© de son art. Il revient arpenter les sc√®nes avec un cinqui√®me opus intitul√© En M√Ęchant Bien. Une r√©alisation originale o√Ļ il propose un live reprenant 19 titres de ses quatre premiers albums. Un live bien tremp√© o√Ļ l’artiste ne m√Ęche pas ses mots.

Batlik ťcume les salles de province depuis plusieurs annťes maintenant. Des prestations prestigieuses sur des scŤnes renommťes telles celles des Francofolies ou du Printemps de Bourges. Musicien solitaire et en marge, il a crťť son propre label, ņ BrŻle Pourpoint. La solution de l’auto-production pour cet artiste dont les textes oscillent entre la mťlancolie et la souffrance a ses limites. Dans Le Nouveau Producteur, il explique ce choix particulier en dťnonÁant le producteur d’aujourd’hui, son fanatisme de l’argent et son incapacitť ŗ prendre des risques. Malgrť un public fidŤle, Batlik et son refus de signer avec les majors du disque mťriterait une meilleure reconnaissance dans le paysage de la chanson franÁaise, souvent monochrome. Les airs syncopťs, le texte concis, le jeu de guitare intimiste, Batlik rťunit les ingrťdients d’une musique sťduisante par sa sincťritť, qui conte avec ťmotion les “petits instants qui passent et qui meurent”.