Numéro 2 - Automne 2005


Télécharger le PDF (1.7 Mo)

Au sommaire


-  Social : Irradiés proprement
-  Dossier : La petite édition, quel avenir ?
-  Portfolio : Berlin Eldorado
-  Musique : Ca virevolte à l’Est
-  Scènes : La coopérative 326
-  Arts visuels : Où va le photo-journalisme ?


Lisez le numéro 2 en ligne :

Aide : Pour une meilleure lisibilité, passez en mode plein écran. Pour ce faire cliquez sur l’icone en forme d’écran à droite de la loupe dans la barre de navigation Calaméo. Une fois dans le mode plein écran, vous pouvez vous déplacez avec la souris et zoomer avec la molette. Pour quitter le mode plein écran, appuyez sur la touche "echap" de votre clavier.


L’édito

Automne 2005 : deuxième numéro papier du magazine Fragil. Toujours animé par des bénévoles passionnés, Fragil poursuit aussi son développement sur le web avec un magazine en ligne (www.fragil.org) qui va gagner en navigabilité. Différents et complémentaires, ces deux supports sont au service d’une exigence de contenu voulue par toute une rédaction engagée dans cette belle aventure.

Parce qu’il nous semble important de pratiquer un journalisme sensible et juste, la rédaction privilégie les témoignages. Les récits des vétérans, victimes des essais nucléaires français réalisés au Sahara et dans le Pacifique, sont touchants et révèlent des heures peu glorieuses de notre histoire aux lourdes conséquences sur leur santé. Il nous a également semblé important de questionner les photojournalistes sur l’exercice de leur métier. La photographie traverse une période de turbulence, elle se cherche pour mieux se réinventer. Des collectifs regroupant des photographes se créent, bon an mal an. Notre dossier relatif à la distribution dans le secteur de la petite édition part des mêmes constats.

Doutes, questions, remises en cause : des situations fragiles que traversent bon nombre d’individus et notamment les créatifs dans un contexte économique et social dur. Mais ce sentiment de morosité ambiante cache de belles initiatives qui ne demandent qu’à être révélées ! Ces moments, certes difficiles, incitent à la réflexion et permettent ainsi l’émergence de nouvelles idées salvatrices. S’opèrent alors de nouvelles mutations portées par une frange relativement jeune de la population. L’espoir est là : la génération post soixante-huitarde qui n’a pas su transmettre ses idéaux et qui a voulu des personnes à son image (sans succès) va peu à peu se retirer de l’activité et lui laisser le champ libre.

Modestement Fragil se fait l’écho de ces changements et essaie de mettre en avant de nouvelles pratiques artistiques et rendre compte d’une réalité sociale dans le magazine en ligne avant de retrouver le troisième numéro au prochain trimestre, toujours gratuit et sans publicité !