Les affrontements constatés au soir de l’élection de Nicolas Sarkozy ont été d’une rare violence à Nantes et dans d’autres villes de France. S’il ne change pas de méthode, le futur président de la République s’expose à diviser durablement le pays.