JP Manova était attendu au tournant. Normal quand on sort des punchlines du style : "il ne faut qu’un album qui sorte pour la mort du hip-hop, j’ai pris note". JP se veut au dessus de la mêlée, taclant "les rappeurs conscients qui font la leçon par cœur" et "les gangsters foireux qui s’imaginent te faire peur". Le ton est donné, Manova remet les pendules à l’heure dans le hip-hop hexagonal. Et l’heure, c’est très exactement "19h07", titre de son premier album. Sur scène, il transforme l’essai, charismatique et détendu.