Piochant dans les influences de ses albums précédents, le quatrième long-format de The Patriotic Sunday ne cherche plus à gommer l’écriture pop classique qui a bercé l’adolescence de son homme-orchestre. Projet du seul Eric Pasquereau, The Patriotic Sunday affiche pourtant un effort de groupe : quatre garçons ont en effet cousu main les arrangements de "All I can’t forget" autour des démos du Nantais, qui démêle dans ses mots la pelote des souvenirs, tout ce qu’il ne peut oublier. Eric Pasquereau nous donne quelques clés pour aborder ces onze morceaux, ainsi que sa conception du live ou de l’écriture pop.