Il est rare que les artistes contemporains s’intéressent à nouveau aux premières années passionnantes du 20ème siècle, à ses recherches fiévreuses d’une abstraction qui se détache progressivement de la représentation figurative. C’est pourtant ce que fait la jeune artiste Farah Atassi dans ses dernières œuvres, réalisées entre 2012 et 2014. Pour une plongée dans une relecture personnelle de cette époque charnière, et pour assister à un choc entre minimalisme et ornementation, profitez des vacances de Noël pour courir au Grand Café de Saint-Nazaire et découvrir douze peintures inédites de celle qui fut nominée l’année dernière au prestigieux prix Marcel-Duchamp.