Le projet Laaroussa a semé une graine comme l’a fait, il y a soixante ans cette femme tunisienne avec ses poupées. En amorçant une dynamique collective, « Laaroussa » a donné envie aux potières de créer une coopérative artistique et sociale qui met en valeur le savoir-faire de la fabrication de la poupée et l’économie du territoire qui en découle. Suite de notre entretien avec Anne de la Luna et Khaddouma.