Soumis aux dures lois de l’immédiateté, les enquêtes, les reportages se font de plus en plus rares. Anne Nivat, 42 ans, grand reporter de guerre plaide pour que le journaliste prenne du temps pour réaliser son travail d’investigation. Irak, Afghanistan, Russie, Tchétchénie, la journaliste a choisi de vivre en immersion dans chacun de ces pays pour écrire sa vérité sur la guerre. Une idée qui semble à contre-courant de notre époque où tout va trop vite mais qui est indispensable à la survie du journalisme selon elle.