En 2005, la France a été marquée par une série de violences urbaines. Si le calme est revenu depuis, en sept ans, la relation presse-quartiers reste toujours aussi tendue. Sans jeter la pierre aux médias ou aux banlieues, les journalistes doivent revoir leur copie, et veiller à ce que les quartiers populaires ne soient pas toujours victimes des mêmes clichés.