Berlin possède trois salles d’opéra. Kirsten Harms, qui signe sa dernière saison à la tête du Deutsche Oper, l’une des trois salles de la ville, a le souci d’offrir des mises en scène inventives et novatrices. Otello, dans la vision d’Andreas Kriegenburg, se déroule dans la cale d’un vaisseau, où s’entassent des réfugiés d’aujourd’hui. L’étranger n’est pas celui que l’on croit.