Lieu symbolique de l’histoire nantaise, la carrière Miséry a connu bien des usages et des passages, depuis les premières excavations au milieu du 16ème siècle, jusqu’à l’expérimentation urbaine et paysagère qui s’y déroule aujourd’hui. Cet espace immense à la lisière du centre-ville constitue souvent un mystère pour les visiteurs occasionnels, chargé de l’imaginaire intrigant lié à la friche. Pour l’association de jeunes architectes et paysagistes Fertile, qui a investi la carrière au printemps dernier, c’est un lieu de tous les possibles, un laboratoire d’expériences artistiques et végétales. Il offre à toutes et tous une alternative poétique au vécu urbain, ouvre un temps de respiration et de rencontre dans le rythme soutenu de la ville. C’est aussi, pour cette association, l’occasion de poser un regard différent sur les projets d’aménagement du territoire et de préfigurer ce que pourrait être une « friche publique ».