Fragil à La Route du Rock, ce sont des moyens considérables : un rédacteur, votre serviteur, rompu au festival malouin depuis une douzaine d’année, qui en a vu des vertes et des pas mûres dans l’enceinte du Fort de Saint-Père. Une Volvo break de 1995 agrémentée d’un matelas de canapé permettant à ses 1,80m de s’y loger, alliant, ainsi, le moyen de locomotion et la chambre d’hôtel du rédacteur. En effet, je suis trop vieux pour le camping, et Fragil n’a pas les moyens des Inrocks pour le gîte et le couvert. Enfin, des litres de Coca et des kilos de galettes saucisses ingérés, un maillot de bain, de la crème solaire, et de salvateurs bouchons d’oreilles.