L’opéra national de Lorraine a présenté une vision de « Pelléas et Mélisande » de Claude Debussy particulièrement à vif. La direction musicale pleine de fougue de Claude Schnitzler , incandescent à Strasbourg en mai dernier pour « Iphigénie en Aulide » de Glück, a permis des paroxysmes d’émotion tandis que la distribution, d’une belle homogénéité, offrait le grand bonheur de retrouver la basse intense de Nicolas Courjal, à qui l’on doit de beaux moments à Nantes et à Angers.