Drogués, intoxiqués de l’écran, voilà les nouveaux surnoms des ados qui passent le plus clair de leur temps devant les écrans à jouer aux jeux vidéo. Leurs habitudes seraient perçues comme une addiction. Les psychiatres la décrivent comme dangereuse soulignant ainsi qu’elle fait partie des premières causes de nos dysfonctionnements familiaux et sociaux. Menace amplifiée par les discours alarmant des médias, elle fait frissonner les parents. Pourtant la hotte du père Noël ne désemplit pas. Avec un chiffre d’affaire mondial qui dépasse celui du cinéma, les jeux vidéo sont une nouvelle culture à laquelle on peut difficilement échapper. Mais faut-il en avoir peur ?