Publié le 12 avril 2013

La rédaction de Fragil

0 commentaire(s)


Le grand plongeon cette semaine. Immersion en eaux profondes, à la lueur de quatre articles pour nous guider dans l’obscurité.

Le grand plongeon cette semaine. Immersion en eaux profondes, à la lueur de quatre articles pour nous guider dans l’obscurité. À l’écran d’abord, avec « Into the abyss ». Le documentaire de Werner Herzog est une plongée dans le couloir de la mort des prisons texanes. On y découvre une industrie, celle de la mort. D’un côté, des ados perdus, prêts à tuer pour une Camaro rutilante. De l’autre, pour apaiser les familles des victimes, un État qui tue ou laisse au trou les rejetons qu’il n’a pas sut sociabiliser. La caméra du réalisateur allemand interroge alternativement les criminels, les familles, les bourreaux. La distribution des rôles n’est pas évidente… Résultat épuré de musique, mais non dénué de sentiments. Musique et sentiments, pour explorer d’autres abysses ; celles de l’enfant de bois. Woodkid y déniche de l’or. Le frenchie surdoué nous entraine dans les affres de l’enfance. Un univers chargé de mystérieux détails et de métaphores océaniques, d’où il émerge à l’âge d’or. Avec des albums et des clips béton. À peine ressortis, nous voilà à nouveau au bord du précipice. Au fond, l’obscurité du nazisme. « La Walkyrie » de Richard Wagner nous élève au-dessus avec ses grands airs : ici on ne parle pas de l’homme moral, mais de l’artiste. « Je ne suis pas un artiste », se défend quant à lui Pierre-Yves Ginet, photographe. Depuis 15 ans, il témoigne de la réalité de « Femmes en résistance ». Des refuges pour femmes battues en Belgique, aux monastères de nonnes tibétaines, en passant par Ni Putes Ni Soumises, portrait d’un photojournaliste militant et pédagogue.

Bon weekend sur Fragil.org !

-  Pierre-Yves Ginet, féministe sans frontière

-  L’œil de Germania

-  Le Conte de la Mort

-  Woodkid, l’âge d’or retrouvé